Imprimer

Règles anormales

regles-anormalesDurant la période active de la vie génitale d’une femme, les règles normales surviennent par cycles réguliers de 27 à 31 jours en moyenne avec des extrêmes de 24 à 42 jours.

Elles durent quatre ou cinq journées, avec une abondance décroissante à partir du troisième jour.

Constituées de sang, de caillots et de débris de muqueuse utérine , leur volume total ne doit pas dépasser 80 ml.

Les anomalies des règles peuvent porter sur leur date d’apparition, leur fréquence ou leur Glossary Link absence, leur régularité, leur abondance ou les douleurs qui les accompagnent.

Les règles anormales ne sont pas une maladie mais un symptôme dont il faut diagnostiquer la cause.

Symptômes

-Règles irrégulières.

-Règles trop ou pas assez abondantes.

-Règles trop fréquentes.

-Règles absentes.

-Règles trop précoces.

-Règles douloureuses.

-Saignements en dehors des règles.

 

Les causes anormales des règlescycle menstruel

Chaque type de règles anormales correspond à diverses causes possibles.

L’absence de règles ou aménorrhée peut être primaire (il n’y a jamais eu de règles) ou secondaire (interruption d’une menstruation jusque là normale)

L’aménorrhée primaire peut provenir d’un retard pubertaire, d’une anomalie génétique, d’une absence d’ovaires, d’une imperforation de l’hymen, de maladies hormonales complexes.

L’aménorrhée secondaire évoque avant tout une grossesse, une infection génitale, une tumeur de l’ovaire, une ménopause précoce, un trouble de l’hypophyse.

Les règles liées à une puberté précoce surviennent chez la petite fille avant neuf ans souvent sur un terrain familial.

Dans de rares cas, on trouve une tumeur de l’ovaire, de l’hypophyse, de la surrénale ou les suites d’une méningo-encéphalite.

A l’inverse, les ménopauses précoces surviennent avant trente-cinq ans.

Quand elles ne sont pas consécutives à un traitement chirurgical, elles traduisent un déséquilibre hormonal.

Les anomalies quantitatives sont fréquentes.

Les règles peu abondantes mais de fréquence normale ou oligoménorrhée orientent vers un problème utérin ou ovarien.

Les hémorragies de privation ou fausses règles au cours de la contraception orale sont peu abondantes et plus brèves que les règles physiologiques.

Les règles très abondantes ou hyperménorrhée surviennent à la date normale mais sont gênantes par leur durée et le volume éliminé.

Elles évoquent un problème utérin tel que le fibrome ou le cancer de l’endomètre.

Les règles irrégulières inquiètent beaucoup les femmes, surprises par leur arrivée inopinée ou étonnées d’un retard inexpliqué.

Il s’agit le plus souvent d’une anomalie de l’ovaire tel le syndrome de Stein-Leventhal ou d’un déséquilibre des sécrétions hypophysaires.

C’est aussi le cas des règles régulières mais trop fréquentes.

Une infection ou une maladie aigüe peuvent décaler le cycle de quelques jours à quelques semaines.

Les règles douloureuses sont anormales quand elles obligent à interrompre les activités quotidiennes.

Les causes organiques sont les infections génitales, les malformations utérines, les anomalies de la circulation sanguine dans le petit bassin et l’endométriose.

Les causes fonctionnelles sont beaucoup plus difficiles à cerner.

Les saignements entre les règles attirent l’attention sur les infections et les tumeurs génitales.

 

Traitement

Toute anomalie durable ou répétitive des règles justifie une consultation médicale, y compris un retard supérieur à une semaine.

L’apparition de saignements d’allure inhabituelle à une date voisine des règles normales ne doit pas rassurer : il peut s’agir des premières manifestations d’une grossesse extra-utérine.

Le médecin procède à un examen gynécologique détaillé et prescrit une analyse de sang.

Si la patiente est relativement âgée et a des règles anormales, ou est ménopausée, il effectue presque toujours un frottis.

En cas de saignement consécutif à un rapport sexuel, le médecin prélève un échantillon de la muqueuse du col utérin et procède à une colposcopie (inspection du vagin et du col de l’utérus au moyen d’un appareil optique).

 

Quel traitement pour des règles anormales ?

Il est totalement fonction de la cause de l’anomalie.

Si elle est due à une ovulation défectueuse, le traitement sera hormonal.

 

Evolution

L’évolution est liée à la cause des saignements et peut donc être très variable.

 

Les règles anormales sont-elles dangereuses ?

En général, non.

Mais elles peuvent parfois être l’indice d’un cancer ou d’une autre maladie grave.

Consulter un médecin à temps garantit de bonnes chances de guérison.