Imprimer

Analyse des selles

analyse-des-sellesLes analyses de selles permettent d'obtenir de nombreux renseignements sur :
- l'état de la fonction digestive.
- la présence de parasites.
- l'existence d'infections intestinales, dues à des microbes ou à des champignons ou levures.

 


Examen macroscopique

C'est l'examen des caractéristiques visibles à l'oeil nu.

La couleur

Normalement brune, la couleur des selles est conditionnée par la présence des pigments déversés avec la bile dans le duodénum:
- une couleur jaune ocre correspond à un transit ou péristaltisme (onde de contraction qui progresser les aliments dans l'intestin) intestinal accéléré.
- une couleur verte correspond à un transit anormalement rapide.
- une couleur pâle, correspond à une Glossary Link absence de pigments biliaires.

Les aliments interviennent également sur la couleur :
- verte : aliments riches en feuilles et en Glossary Link chlorophylle.
- rouge orangé : aliments riches en carotène ou provitamine A.
- rouge violacé : aliments riches en anthocyanes (betteraves rouges).
- noire : mets préparés avec du sang animal, tels les boudins.

Les médicaments modifient la couleur en noir (fer, charbon, bismuth) ou en blanc (carbonate de Glossary Link calcium, kaolin, baryte).
Les saignements digestifs modifient la couleur en noir (sang digéré) ou en rouge (sang non digéré).

La consistance

Elle renseigne sur la motricité digestive.
A l'état normal, les selles sont moulées, fermes ou pâteuses.
Elles peuvent apparaître :
- dures ou fragmentées (scybales), en cas de transit ralenti, constipation.
- liquides, en cas de transit accéléré, diarrhée ou colite.
- grumeleuses, s'il y a excès de féculents non digérés.
- spongieuses, s'il y a fermentation avec évacuation trop rapide de l'intestin grêle.
- en pâte à modeler, si les selles sont trop riches en lipides non digérés.
Chez les nourrissons élevés au lait artificiels, les selles sont plus abondantes, homogènes et pâteuses.

Les éléments surajoutés

Visibles, à l'oeil nu, les éléments surajoutés peuvent être :
- des glaires, quand l'irritation élève la sécrétion de mucus.
- du sang rouge, en cas de saignement colique ou anal.
- des débris alimentaires de toutes sortes, provenant soit d'une mauvaise hygiène alimentaire (aliments ingérés en trop grande quantité et mal mastiqués), soit d'une déficience fonctionnelle digestive (résidus de viande, de végétaux, de tissu conjonctif animal).

Examens microscopiques

Les observations au microscope permettent d'évaluer les éléments de la Glossary Link digestion à travers :
- les résidus alimentaires, digérés ou non.
- la présence de cellules épithéliales d'origine intestinale.
- la présence de cellules d'origine sanguine en cas d'inflammation, d'infection ou de saignement.
- la présence de cristaux.
- l'étude la la flore microbienne.

Examens chimiques

Ils explorent la fonction digestive par :
- la mesure de l'acidité.
- la recherche de pigments biliaires.
- la recherche de sang.
- la mesure de la durée du transit par rapport au dernier repas connu.
- des dosages divers de l'ammoniaque, des lipides, des sucres, ou de produits spécifiques mesurant l'absorption intestinale.

Examens parasitologiques

Les selles peuvent être émises au laboratoire, favorisant la recherche de parasites fragiles comme les amibes, ou apportées par le patient dans un flacon fourni à l'avance.
Les différents parasites identifiables sont classés en grands groupes : cestodes (taenia), trématodes (douve), nématodes ou vers ronds (trichocéphales, oxyures, ascaris, ankylostomes, etc.).
Il arrive que l'on ne trouve pas directement le Glossary Link parasite, mais soit des fragments identifiables de celui-ci (taenia, solium ou ver solitaire), soit plus souvent des oeufs traduisant sont activité de reproduction.

Examen bactériologique

A l'état normal, l'intestin contient une flore microbienne abondante, très variée, où chaque espèce a un rôle propre.
Les espèces sont en équilibre les unes par rapport aux autres.
Cet équilibre peut être rompu par le développement excessif d'une espèce, la destruction d'une autre ou par l'apparition d'un germe inhabituel et anormal.
C'est le cas, entre autres, des salmonelles, des typhoïdes et maladies voisines, des staphylocoques, du vibrion du choléra et des candida albicans.
Le laboratoire pratique une coproculture, c'est-à-dire une mise en culture bactériologique des selles, et un antibiogramme, quand un germe Glossary Link pathogène est mis en évidence.
Le médecin sait alors quel est le meilleur traitement possible pour son patient.

Quand obtient-on les résultats?

Les analyses visuelles et chimiques sont faites dans la journée, avant que les selles ne se détériorent.
Mais la recherche d'oeufs de parasites et plus encore la coproculture suivie d'un antibiogramme demandent plusieurs jours.

Important

Les selles sont un élément reflétant bien la fonction digestive et son évolution.
Une autosurveillance régulière est une excellente précaution pour dépister à temps les premiers signes d'une maladie digestive parfois grave et corriger ses erreurs alimentaires.