Imprimer

Maladies vasculaires du sujet âgé

maladies-vasculaires-sujet-gL'hypertension artérielle du sujet âgé présente de nombreuses différences avec la maladie de l' Glossary Link adulte.
En effet, la pression artérielle normale s'élève lentement avec l'âge.
Les artères durcissent et les capillaires offrent plus de résistance au passage du sang : l'hypertension est alors un mécanisme physiologique de compensation.

La norme de 160 mmHg pour la maxima et de 90 mmHg pour la minima (16/9 en cmHg), valable pour l'adulte, peut donc être dépassée sans qu'il y ait maladie.
Cette élévation de la pression artérielle permet au sang de mieux circuler.
A l'inverse, une baisse trop importante de la pression sanguine compromet l'irrigation, du cerveau notamment.
On a ainsi montré que le traitement systématique de l'hypertension chez la personne âgée diminue le risque de complications cardio-vasculaires, mais ne modifie en rien l'espérance de vie.

Le médecin s'assure de l'hypertension de son patient soit par des mesures répétées à diverses heures, soit par un Holter tensionnel qui enregistre les données pendant 24 heures consécutives.
Le médecin vérifie également si les complications cardiaques, rénales, oculaires de l'hypertension sont apparues ou non.
La mise en oeuvre d'un traitement n'est pas systématique chez le grand vieillard.
Le bénéfice attendu doit être supérieur aux effets secondaires possibles du médicament et de la baisse de pression.
Lorsque le médecin décide de prescrire un traitement, il dispose d'une vaste gamme d'anti-hypertenseur : les diurétiques et les vasodilatateurs sont les plus utilisés.
Les doses sont augmentées très progressivement pour touver la meilleure efficacité sans effet secondaire tel que toux, vertige ou syncope, oedème, constipation, troubles du rythme cardiaque.

Le régime sans sel

Si les excès de sel doivent être évités, les médicaments modernes permettent d'échapper au régime sans sel strict, difficile à respecter, et qui aggrave la perte d'appétit observée chez de nombreuses personnes âgées.

L'artérite

L'artérite qui obstrue les artères des membres inférieurs est la conséquence directe de l'athéromatose.
Les facteurs de risque sont par ordre décroissant :

- le tabagisme
- le diabète
- l'excès de graisses dans le sang
- l'hypertension artérielle
- la sédentarité ou Glossary Link absence d'activités physiques.

Elle se caractérise par un refroidissement des pieds et de la peau des jambes, puis par l'apparition de la claudication intermittente.
C'est une crampe qui survient à la marche et qui disparaît après quelques minutes de repos.
La complication redoutable de la claudication intermittente est l'obstruction complète des artères : la gangrène menace alors.
Le Glossary Link bilan comprend un examen clinique, un bilan biologique, une évaluation artérielle par ultrasons (Doppler).
Une artériographie, radiographie des artères, est nécessaire quand on envisage une intervention chirurgicale.
Le traitement initial de l'athéromatose repose sur l'administration de médicaments vasodilatateurs et anticoagulants.
Bien entendu, la suppression ou la correction des facteurs de risque (tabac, diabète, excès de cholestérol) est indispensable.
Le traitement chirurgical de l'obstruction artérielle est soit l' Glossary Link ablation ou la Glossary Link dilatation par sonde de la plaque d'athérome, soit le pontage à l'aide d'un greffon veineux ou synthétique.
Le traitement des complications gangréneuses se résume à l'amputation, qui doit être large pour éviter une récidive.
L'amputation doit toutefois préserver les possibilités d'appareillage avec une Glossary Link prothèse.
L'artérite des membres inférieurs est une cause majeure de perte d'autonomie chez la personne âgée.
C'est dès 30 ou 40 ans qu'il faut lutter contre les facteurs de risque, car si l'évolution est lente, elle est peu réversible. 

L'anévrisme

C'est une dilatation localisée de la paroi artérielle .
Les lésions plus fréquentes siègent au niveau de l'aorte, du cerveau ou des membres inférieurs. 
Sous l'effet de la pression sanguine, la paroi fragilisée peut se rompre à tout moment et entraîner une hémorragie interne brutale.
Les conséquences varient selon la taille et la localisation de l'artère, de l'hémiplégie pour une artériole cérébrale, à la mort ultra-rapide pour la rupture de l'aorte ou d'une grosse artère du cerveau.
Si l'anévrisme est dépisté à temps, il est possible de l'obstruer par son sonde sous artériographie ou de remplacer le tronçon atteint par un matériel synthétique tel le téflon.

Les maladies veineuses

Les varices et leurs complications hémorragiques, les phlébites superficielles ou profondes et leurs complications emboliques augmentent avec l'âge, les multiples maternités, l'excès de poids et le manque d'exercice physique.
La prévention repose donc sur une meilleure hygiène de vie, le maintien d'une activité physique, la pratique de la marche et le traitement des premières varices.
Le port de bas de contention, les médicaments veinotoniques, les anticoagulants, la sclérose veineuse ou l'ablation chirurgicale des varices rebelles sont conseillés par le médecin en fonction de chaque malade.