Imprimer

Chirurgie de l'utérus

chirurgie-uterus6La chirurgie de l'utérus ou hystérectomie est le traitement le plus fréquent des tumeurs touchant l'utérus.
Lorsqu'il s'agit de tumeurs bénignes, l'utérus lui-même n'est pas enlevé.
L'hystérectomie est pratiquée le plus frequemment pour traiter les cancers de l'utérus, surtout au premier stade.
On procède à l' Glossary Link ablation de l'utérus et du col par une incision pratiquée sur l' Glossary Link abdomen.
Ovaires et trompes de Fallope sont souvent retirés au cours de la même opération et l'on parle alors d'hystérectomie totale ou de salpingectomie bilatérale.

On effectue également la résection des ganglions lymphatiques qui sont proches de ces organes.
Si la femme est jeune et que la localisation du cancer le permet, les ovaires sont conservés pour éviter les inconvénients d'une ménopause chirurgicale trop précoce.
Pour les cancers à un stade avancé on recourt souvent à la radiothérapie pour réduire la taille de la tumeur et procéder avec moins de risques à l'hystérectomie.
La radiothérapie est également utilisée en cas de récidive du cancer.

Déroulement d'une chirurgie de l'utérus

L'opération est effectuée par un chirurgien spécialisé en gynécologie-obstétrique.
L'intervention se réalise sous anesthésie générale.
Lorsque la patiente est endormie, une incision verticale et horizontale est pratiquée dans la partie inférieure de l'abdomen.
Les muscles sont écartés pour une observation minutieuse des organes de la cavité abdominale.
Le chirurgien retire alors l'utérus et le col.
S'il s'agit d'une hystérectomie totale, les ovaires et les trompes de Fallope sont également enlevés.
Puis le vagin est suturé à son extrémité interne et l'incision recousue.
Un cathérer reste en place dans la vessie pendant plusieurs jours.
Les fils de la suture abdominale sont retirés après 10 à 14 jours alors que ceux du vagin se résorbent.


chirurgie-uterus2L'hystérectomie est-elle une intervention dangereuse?

L'hystérectomie est une intervention majeure dont la période postopératoire est douloureuse.
Les quelques jours suivant l'opération, la patiente a souvent des difficultés à uriner et à aller normalement à la selle (c'est pourquoi on insère souvent un cathéter dans la vessie).
L'abdomen est douloureux mais il existe des antalgiques efficaces.



Durée de l'intervention

L'intervention dure en moyenne de 1 à 2 heures.
La patiente est hospitalisée pendant 7 à 10 jours.
La convalescence dure environ 6 semaines, mais la patiente peut souvent reprendre ses activités normales peu après avoir quitté l'hôpital.
Il faut attendre 3 à 6 semaines pour avoir à nouveau des rapports sexuels.

Complications

Les hémorragies et les infections sont les principales complications.
En cas de saignements vaginaux, il faut appeler le médecin.
L'augmentation de la douleur ou de l'inflammation au niveau de la cicatrice est un signe d'infection surtout en présence de céphalées, de fatigue musculaire, d'étourdissement, de fièvre ou d'un sentiment de malaise.
L'hystérectomie entraîne l'arrêt des règles et la stérilité.
Si les ovaires ont été retirés, la femme présente les mêmes symptômes, mais souvent plus marqués, que pendant la ménopause.
Le médecin peut dans ce cas prescrire une oestrogénothérapie de substitution.
Si certaines études ont montré que les femmes qui suivent une oestrogénothérapie substitutive ont plus de risques de présenter un cancer de l'utérus, ce risque n'intervient pas lorsque l'utérus a déjà été enlevé.
Une fois la convalescence terminée, l'hystérectomie n'a aucune influence sur le désir ou les rapports sexuels.
Cependant, les femmes ressentent souvent un sentiment de perte de leur féminité et cette période peut se révéler psychologiquement difficile à surmonter.
L'aide d'un psychologue est parfois utile.

Attention !

Les risques de complications post-opératoires s'accroissent en présence d'un ou plusieurs des facteurs suivants :
- Obésité
- Tabagie
- Diabète
- Maladies cardiaques ou pulmonaires
- Anémie
- Prise de médicaments comme la cortisone, les hypotenseurs, les diurétiques, les bêta-bloquants, les psychotropes.

Important

Toutes les femmes qui ont été traitées pour un cancer de l'utérus doivent être suivies régulièrement.
Il ne faut pas négliger ces visites de contrôle.