Imprimer

Hormonothérapie

hormonotherapie1Les hormones sont des messagers chimiques qui activent et contrôlent tous les aspects de la vie physique et mentale.
Elles sont produites par plusieurs glandes, dites endocrines, ainsi que par certains organes et tissus, et acheminées par le sang et d'autres liquides corporels.
Le réseau de glandes sécrétant des hormones est appelé système endocrinien.
Il comprend l'hypophyse, la Glossary Link thyroïde, les glandes Glossary Link surrénales et parathyroïdes, le pancréas ainsi que les ovaires (chez la femme) et les testicules (chez l'homme).


Il n'est pas rare qu'un individu produise certaines hormones en trop grande ou trop faible quantité.
Il en résulte un déséquilibre hormonal entraînant différents symptômes, voire des affections mettant en jeu le pronostic vital.
L'identification des hormones spécialisées dans le contrôle des fonctions vitales et le développement ultérieur de traitements à Glossary Link base d'hormones de substitution comptent parmi l'une des avancées majeures de la recherche médicale du XXe siècle.
L' Glossary Link insuline, découverte par des chercheurs canadiens en 1921, fut l'une des premières à être identifiées.
Depuis des douzaines de traitements hormonaux de substitution efficaces et sûrs ont été mis au point.
Les hormones de substitution sont obtenues à partir de l'animal, des tissus humains ou de l'urine.
Mais la biochimie s'oriente de plus en plus vers la fabrication d'hormones de synthèse.
La technologie monoclonale permet désormais de fabriquer l'insuline et l' Glossary Link hormone de croissance, pour ne citer que ces deux exemples.
Cela signifie que des quantités potentiellement illimités peuvent être produites pour répondre aux besoins des patients.
On découvre encore de nouvelles hormones.

 

Ihormonotherapie2nsuline (diabète)

L'insuline est produite par des cellules spécialisées du pancréas.
Elle contribue à la régulation du métabolisme des glucides.
Elle régule également la Glossary Link glycémie (taux du sucre dans le sang) et permet aux cellules d'utiliser le sucre, principale source d'énergie.

Hormone de croissance (croissance anormale)

L'hérédité détermine la taille potentielle de l'individu, mais il faut l'action des hormones pour que cette taille soit effectivement atteinte.
Une production insuffisante de l'hormone de croissance par l'hypophyse entraîne le nanisme.
L'hormone de croissance, aujourd'hui synthétisée en laboratoire, permet aux enfants qui souffrent d'une carence d'atteindre une taille normales ou presque normale.

Hormone thyroïdienne (type hypothyroïdie)

La glande thyroïde produit une hormone qui régule l'utilisation des aliment pour les besoins énergétiques du corps ainsi que d'autres processus métaboliques.
Une carence entraîne un ralentissement des fonctions vitales (rythme cardiaque, croissance, Glossary Link digestion).
En l' Glossary Link absence de traitement, cet état peut s'accompagner de graves complications, voire du coma ou du décès du patient.
Tout les traitements de substitution doivent être dosés minutieusement car un excès d'hormone thyroïde accélère les processus métaboliques (hyperthyroïdie), ce qui est également dangereux.

Oestrogène (stérilité, ménopause, troubles du cycle menstruel...)

L'oestrogène contrôle le cycle menstruel et l'ovulation.
Une carence en oestrogène entraîne règles irrégulières, ou aménorrhée, et stérilité.
Au cours de la ménopause, les ovaires cessent de produire cette hormone, ce qui se traduit par un arrêt des règles et d'autres symptômes, tels que bouffées de chaleur, changement d'humeur, prise de poids, etc.
L'oestrogène de substitution est prescrit pour lutter contre la stérilité, si tant est qu'elle ait une origine hormonale avérée, et pour atténuer les conséquences de la ménopause.
Paradoxalement, l'oestrogène administré à haute dose a une action contraceptive.
Il est utilisé en association avec la progestérone pour les pilules contraceptives.
Chez la femme âgée, l'oestrogène combat la progression de l'ostéoporose (perte du tissu osseux).
On l'administre aussi parfois dans le traitement de certains cancers comme celui de la prostate.

Progestérone (stérilité, contraception, ménopause)

La progestérone prépare la muqueuse utérine à la nidation de l'oeuf au début de la grossesse.
On l'administre pour traiter les stérilités dues à un manque de progestérone.
Associée à l'oestrogène, elle permet de combattre une prolifération de l'endomètre (la muqueuse utérine) après la ménopause.
Elle est également utilisée dans la mini-pilule contraceptive

Hormones surrénales (différentes affections et insuffisance surrénale)

Les glandes surrénales produisent un certain nombre d'hormones : cortisone et autres stéroïdes, adrénaline et autres hormones de stress (catécholamines).
Les hormones stéroïdes sont utilisées pour traiter les inflammations, l'asthme et d'autres affections.
Les médicaments stéroïdiens ont de nombreux effets secondaires graves, il sont en principe administrés sur une courte durée.
En revanche, lorsque les glandes surrénales ne sécrètent plus suffisamment d'adrénaline et d'autres hormones associées, on administre un traitement de substitution à vie pour éliminer les conséquences fatales de cette carence.

Gonadotrophines (retard de puberté)

Les gonadotrophines stimulent les gonades (testicules chez l'homme et ovaires chez la femme) en favorisant la production des hormones sexuelles.
Il arrive que l'hypophyse ne produise pas ces hormones, ce qui provoque un retard de puberté et de la maturation sexuelle.
Les substituts sont administrés par déclencher un développement sexuel normal

Androgènes (anomalie du développement sexuel ou de la fonction sexuelle chez l'homme)

Les androgènes sont les hormones sexuelles mâles produites par les testicules et les glandes surrénales responsables du développement des caractéristiques sexuelles secondaires : barbe, développement de la masse musculaire, mue de la voix.
Un manque d'androgènes entraîne un retard ou une immaturité sexuelle et l'infertilité.

Vasopressine (diabète insipide)

La vasopressine, produite par l'hypophyse, est une hormone anti- Glossary Link diurétique qui régule l'équilibre des liquides de l'organisme.
Une carence entraîne un diabète insipide, affection caractérisée par une soif intense et des mictions très abondantes.
Le traitement de substitution restaure l'équilibre des liquides.

Action des hormones

Les préparations hormonales copient, autant que possible, l'action naturelle des hormones qu'elle doivent remplacer.
Le principal problème des préparations hormonales est qu'elles diffèrent chimiquement des hormones naturelles, ce qui entraîne parfois des effets secondaires indésirables.
Certaines hormones comme celle de la thyroïde ne sont pas une substance unique mais contiennent une demi-douzaine de composés, voire plus, qui sont transmis vers les muscles, les cellules, les nerfs, les tissus, difficilement reproductibles avec les substituts

Les effets secondaires

Les hormones sont de puissantes substances qui ont plusieurs effets indésirables.
Leur dosage doit être très précis car une légère carence ou un léger surdosage peuvent avoir des conséquences graves.
Une quantité trop faible ou trop forte d'insuline peut entraîner le coma et la mort.
Un surdosage d'hormone thyroïde provoque une accélération de la fonction cardiaque et d'autres fonctions de l'organisme.
Les femme qui prennent de la testostérone ou les homme qui absorbent des oestrogènes perdent certaines de leurs caractéristiques sexuelles secondaires pour prendre celles du sexe opposé.
Au cours des dernières années, trop d'athlètes ont pris des androgènes pour améliorer leur performance.
Malheureusement, ces hormones ont plusieurs effets indésirables graves : ostéoporose, changement d'humeur, insuffisance hépatique et infarctus précoce en raison d'une cholestérolémie anormales.
Les androgènes sont prohibés et les athlètes qui en consomment sévèrement réprimés.
Les préparations hormonales ne doivent être prises que sous une étroite surveillance médicale.

D'autres traitements

Certains problèmes hormonaux sont parfois résolus par l'administration de Glossary Link médicament sans hormones.
Ainsi une tumeur de l'hypophyse peut avoir des conséquences sur la production d'hormone et sont traitement, ou son Glossary Link ablation, permettra de restaurer l'équilibre hormonal.
De même, le traitement des kystes ovariens permet aux ovaires de reprendre la production d'oestrogène.
Le diabète de type II est presque toujours traité par un régime approprié et la perte de poids, contrairement au diabète de type I, uniquement traité par insuline.

Que peut-on faire soi-même.

Les déséquilibres hormonaux relèvent de la médecine.
Cependant le patient sous hormonothérapie doit apprendre à s'observer pour pouvoir aider le médecin à ajuster la posologie.
Il faut enfin bien connaître les effets indésirables.

L'insuline

L'insuline est l'une des hormones les plus courantes et les plus importantes de l'hormonothérapie.
Elle provient en général de produits d'origine animale, mais on fabrique également par technique monoclonale de l'insuline humaine pour les patients qui ne supportent pas celle d'origine animale.
L'insuline est administrée en injection, dans certains cas, plusieurs fois par jour.
Les pompes à insuline (appareil porté en permanence par le patient) sont programmées pour libérer la quantité voulue d'insuline à certains moments donnés de la journée et de la nuit.
Les diabétiques insulino-dépendants apprennent à mesurer leur glycémie eux-mêmes pour adapter la dose d'insuline et l'apport alimentaire.
Cela permet un meilleur contrôle de la maladie.